Cité scolaire D'Arsonval à Brive en Corrèze : Collège, Lycée, Post Bac accès intranet
COLLEGE - LYCEE - POST-BAC - BRIVE-LA-GAILLARDE (CORREZE)
Portail lycée > Atelier Sciences politiques > Histoire Chine depuis 1949

Histoire Chine depuis 1949

L'HISTOIRE - LES COLLECTIONS     N°57 - Fin 2012

LA CHINE 1912-2012 : D'un empire à l'autre

 

I/ LES ANNES MAO

 

1/ Yves CHEVRIER : L'irrésistible ascension d'un fils de paysan

 

Mao né en 1893 dans le Hunan (centre sud) ; fils de paysan enrichi ; passionné par les livres ; se considère poète ; diplôme d'instituteur ; joue sur son aspect rustre, sa force, sa capacité à choquer.

 

            1- En 1921, il devient communiste

-au début, simplement patriote comme tous les Chinois

-déçu de la République créée par Sun Yat-Sen ; attiré par le discours de la révolution russe ; un des fondateurs du parti communiste chinois ; se spécialise dans les questions paysannes

-1927 : Mao rompt avec le Guomindang (parti de Tchang Kaï-Tchek au pouvoir, momentanément allié au PC) ; commence une guérilla en s'appuyant sur les campagnes

-1934-1935 : "Longue marche" :  10 000 km du sud vers le nord ; fuite de 90 000 communistes face à l'armée du Guomindang (seulement 8000 survivants) ; occasion pour Mao de prendre la tête du PC

 

            2- De la guerre émerge un Etat total

-A partir de 1937, invasion japonaise de la Chine littorale: Mao joue sur le patriotisme des paysans et renforce ses positions tout en structurant son parti

-Mao fonde sa capitale à Yan'an (dans le nord) : il installe son Etat, inspiré du modèle stalinien (bureaucratie, camps), tout en ajoutant sa marque : sorte de révolution permanent ; maoïsme est un totalitarisme

 

2/ Jean-Luc DOMENACH : Comment Mao a dirigé la Chine.

 

-Grande habileté tactique de Mao : s'appuie sur les élites locales, puis les liquide progressivement

-Inexpérience économique : d'où nécessité de suivre le modèle soviétique

 

            1- La soviétisation

-confiance absolue dans le modèle de l'URSS à cause de Staline (personnalité) et de Stalingrad (puissance)

-application surtout dans 2 domaines: industrialisation et institutions

-traité signé entre Mao et Staline début 1950 : plusieurs dizaines de milliers d'experts russes envoyés en Chine

-remise en ordre rapide (1949-52) : hausse de production agricole, remise en marche des usines, fin de l'inflation

- dans le 1er plan quinquennal (1953-57), priorité donnée à l'industrie (création de grandes usines sidérurgiques, chimiques, textiles) et aux transports (rénovation et construction de chemins de fer)

-fonction de la paysannerie (90% de ruraux en Chine) : nourrir le pays et financer son développement ; processus de collectivisation réalisé en quelques mois en 1955 (début de démobilisation des paysans vis à vis du système)

-régime totalitaire dès le début (même plus qu'en URSS):

            idéologie de transformation de l'homme

            camps de "réforme par le travail" (= laogai) : lavage de cerveau des prisonniers (entraînement à la dénonciation, autocritique) ; 10 millions de personnes internées dès 1950

            surveillance au quotidien des gens "peu sûrs" par le comité local du PC

-apogée du système au milieu des années 1950, puis déclin (perte d'enthousiasme et de mobilisation de la population : pas prête pour le communisme)

-rôle spécifique de Mao :

            contrôle tout

            balancement entre radicalisme et modération

            élimination (par des manipulations) des dirigeants devenus trop puissants

-déstalinisation, à partir de 1956, touche la Chine: certains intellectuels commencent à critiquer Mao...

 

            2- Les grandes campagnes de radicalisation

-Campagne des "Cent Fleurs" lancée par Mao lui-même en avril 1957 :

            encouragement aux intellectuels à donner des idées, à critiquer le régime ; phrase de Mao : "Que Cent Fleurs s'épanouissent" ; succès immense !

            Pourquoi ? Peur des émeutes comme en Pologne ou Hongrie (1956). Préfère laisser la population parler ; Verra ensuite s'il réforme ou réprime

            Piège refermé en juin 1957 : 550 000 intellectuels envoyés dans les camps !

            Moment pivot: plus personne n'osera critiquer Mao ensuite ; pouvoir de + en + tyrannique

-Grand Bond en avant (1958-62) :

            Nouvelle mobilisation de la population voulue par Mao pour faire taire les critiques contre lui au sommet du PC

            Mouvement productiviste généralisé en mai 1958 : objectif de X2 la production de céréale, rejoindre l'économie des EU en 10 ans, création des "communes populaires" (embrigadement massif de la population pour le travail, dortoirs et cantines séparés hommes/femmes/enfants, etc)

            Bilan catastrophique : famine et 36 millions de morts ; nombreux cas d'anthropophagie ; chute de production céréalière (-20%) ; crise industrielle ; rupture totale avec URSS en 1960 ; autocritique publique de certains dirigeants (Liu Shaoqi, Zhou Enlai)

-Révolution culturelle (à partir de 1976):

            Raisons pas totalement éclaircies : mais agacement de Mao contre les autres dirigeants du PC qu'il souhaite éliminer

            4 millions de morts ; mais 100 millions d'adultes maltraités, humiliés... (soit 1/2)

            Effondrement de l'idéal maoïste de "révolution continue"

            Situation récupérée par Zhou Enlai : effort économique, entrée à l'ONU en 1971, ouverture sur l'occident (visite de Nixon en 1972) ; mais, malade et suscitant la jalousie de Mao, il est écarté en 1974.

            Mao et sa femme (délaissée) Jiang Qing tentent de relancer la révolution culturelle en 1976, mais mort de Mao

            Aussitôt, coup d'Etat des modérés contre la "Bande des Quatre" gauchistes (dont Jiang Qing)

 

3/ Claude ARPI: L'annexion du Tibet

 

-Tibet: Etat fermé du reste du monde ; dirigé par un chef à la fois temporel et spirituel (bouddhiste) : le Dalaï-Lama (se succèdent par une "réincarnation" découverte) ; capitale : Lhassa

-Invasion du Tibet indépendant par une armée chinoise de 30 000 hommes (commandée par Deng Xiaoping) le 7 octobre 1950

-Dalaï- Lama actuel arrive au pouvoir fin 1950 ; cherche à négocier avec Mao pour autonomie du Tibet et respect de la religion : échec ; cherche l'appui de l'Inde auprès de Nehru : échec

-Fuite du Dalaï-Lama et de son gouvernement en 1959 : refuge à Dharamsala (nord de l'Inde) ; y est toujours aujourd'hui

-Bilan de l'occupation chinoise :

            1,2 million de Tibétains tués : combats, émeutes, laogai, famine (Grand Bond), "rééducation patriotique" (Révolution culturelle)

            effacement de l'identité culturelle tibétaine: 6000 temples et monastères détruits, colonisation massive par des Chinois installés surtout depuis les années 1980 (sans doute majoritaires aujourd'hui), artisanat traditionnel remplacé par objets chinois standardisés, etc

            graves conséquences écologiques: déforestation massive, surexploitation des matières premières...

-Impossible accord entre Tibétains et Chinois aujourd'hui :

            délimitation géographique différente du Tibet

            peur des chinois d'attiser les revendications d'autres minorités (Ouïgours, Mongols...)

-Depuis 2011, Dalaï-Lama ne se consacre plus qu'à ses fonctions religieuses ; parlement tibétain en exil a élu un 1er ministre.

 

4/ Jean-Luc DOMENACH : La Révolution culturelle frappe à la tête

 

            1- Connaissance de cette période en Occident

-effet sensationnel à partir de 1966:

            dirigeant Mao appelle les "masses" à détruire le parti dirigeant et les jeunes à se soulever

            enthousiasme dans les universités occidentales: rôle actif des maoïstes dans mai 1968 en France

-précurseur de la compréhension réelle du mouvement : Simon Leys (universitaire belge) dès 1971 : La Révolution culturelle est en fait une lutte politique au sommet du PC chinois avec pour principal enjeu la succession de Mao ; l'aspect "culturel" n'a été qu'un prétexte

-mythe effondré à partir de 1978 :

            ouverture de la Chine par Deng Xiaoping, témoignages horribles sur la réalité de la Révolution culturelle

            aujourd'hui, période bien connue et étudiée : Mao, après l'échec du Grand Bond, se retrouve isolé face aux dirigeants du PC; décide en 1965 de relancer la révolution pour reprendre la main

 

            2- Contexte et chronologie

-1966 : plusieurs échecs extérieurs pour la Chine : incidents de frontière avec URSS, brouille avec Cuba, guerre du Vietnam des EU à ses portes...

-Appui de Mao sur :

            police et armée pour purger le PC

            Gardes Rouges (jeunesse urbaine de 15 à 25 ans) pour terroriser la population

            "Petit livre rouge" : recueil de citations de Mao publié en 1964 ; devient obligatoire en 1966

-5 phases:

            fin 1965-été 1966 : manoeuvres préliminaires : violence contre des intellectuels ordonnée par Jiang Qing, élimination du maire de Pékin hostile à Mao...

            été-automne 1966 : offensive maoïste : Deng Xiaoping et Liu Shaoqi écartés par Mao ; fanatisation des Gardes Rouges qui commencent les violences

            automne 1966- été 1967 : Gardes Rouges hors contrôle (soutenus par Jiang Qing et ses proches gauchistes) s'attaquent à l'armée ; batailles de rues partout ; Mao (convaincu par Zhou Enlai) tranche: fait arrêter les gauchistes

            automne 1967- automne 1971 : Révolution culturelle sous tutelle militaire: rétablissement de l'ordre (avec répression terrible), millions de jeunes envoyés dans des camps de rééducation ; isolement progressif de Lin Biao (successeur présumé de Mao) : finit par fuir en avion mais meurt dans le crash de ce dernier

            à partir de l'automne 1971 : agonie de la Révolution culturelle et de Mao ; rapprochement avec les EU entamé car infériorité militaire très nette de la Chine face à l'URSS (peur d'une invasion)

 

            3- Divorce entre le peuple et le PC

-Société ne pardonne pas à Mao d'avoir cherché à casser la famille (en s'appuyant sur les jeunes avant de les réprimer)

-Concrétisation du divorce à partir des années 1980 :

            goût pour l'argent et le capitalisme

            idéal démocratique vague (très durement réprimé en 1989)

            mort de l'idéal communiste

-mais régime communiste perdure :

            puissance du contrôle policier sur la société

            absence d'alternative politique

 

II/ LE TOURNANT CAPITALISTE

 

1/ François GODEMENT : 33 ans de réformes

 

            1- Deng Xiaoping

-Longue carrière dans le PC

-Mao  connaît ses qualités et se méfie de lui

-rappelé par Mao en 1973 (devient vice-premier ministre) ; puis écarté de nouveau en 1976

-accession au pouvoir en 1977 : soutien de cadres communistes modérés, de militaires, de la paysannerie (promet la décollectivatisation)

 

            2- Première mesures

-janvier 1979 : réhabilitation du profit dans l'entreprise et plus grande autonomie de gestion

-juin 1979 : création des ZES (zones économiques spéciales = zones franches) : accueil des 1eres usines étrangères

-1981 : terres rendues aux paysans ; politique de l'enfant unique (rupture avec l'encouragement des naissances sous Mao)

-1984 : 1eres entreprises privées; mobilité de la population facilitée (afflux migratoires vers les villes côtières)

 

            3- Résultats

-taux de croissance annuel moyen de 10 % depuis 1978

-hausse forte du niveau de vie, y compris des paysans

-réformes venues d'en haut relayées par le bas : profit de l'autonomie laissée à la population

-démaoïsation limitée et très contrôlée par Deng : procès de la "Bande des Quatre" en 1980, mais refus des revendications démocratiques

 

            4- Contestations

-1er mouvement au printemps 1979 : réclamation de la modernisation démocratique (notamment par le dissident Wei Jingsheng) ; répression violente

-1989 : soulèvement de Tian'anmen :

                        réformateurs libéraux au pouvoir menacés par les conservateurs maoïstes

                        réformateurs appuyés par les intellectuels, les étudiants, les urbains, les petits artisans

                        prétexte du soulèvement: hommage funèbre à Hu Yaobang (dirigeant libéral écarté en 1987, mort en 1989)

                        mouvement violemment réprimé par l'armée en juin : plusieurs milliers de morts ; chute des réformateurs ; pour conserver le pouvoir, Deng limite les réformes ensuite (mort en 1997)

 

            5- Politique menée par les successeurs de Deng

-Jiang Zemin (1997-2002) : participation à la mondialisation (entrée de la Chine à l'OMC en 2001) ; société de consommation accessible pour une partie de la population ; refus de démocratisation ; minorités ethniques ou religieuses pourchassées ; récupération de Hong Kong en 1997

-Hu Jintao (2002-2012)  : même politique ; accueil des JO à Pékin en 2008 ; mise en service du barrage des Trois-Gorges en 2009 ; inégalités sociales et économiques accentuées dans le pays ; dirigeants largement corrompus

-Xi Jinping (depuis 2013)

-Idéologie communiste abandonnée mais parti unique et pratique autoritaire conservés

-Politique extérieure :

            assez ouverte sous Deng

            puis montée des ambitions sur l'Asie depuis les années 2000 : plusieurs crises avec l'Inde, le Japon... ; soutien de la Corée du Nord ; nationalisme sourcilleux

            problème de Taïwan : indépendant de fait depuis 1949 (refuge du Guomindang à la fin de la guerre civile) ; volonté de la Chine de réunification ; mais île protégée par les EU

            2e budget militaire du monde, en forte hausse depuis 1989

 

2/ Quelques aspects particuliers sur la Chine actuelle

 

            1- Thierry SANJUAN: Le deuxième âge d'or de Shanghai

-1er âge d'or dans les années 1920 : incarnation de la Chine moderne, capitaliste et cosmopolite (forte présence d'occidentaux)

-changement à partir de 1949 : liens rompus avec l'extérieur, économie nationalisée, fuite des élites vers Hong Kong et Taïwan

-Renouveau à partir des années 1990 : devient le phare de l'entrée dans la mondialisation ; bourse financière; grand pôle industriel ; aménagement du quartier de Pudong (quartier d'affaires + port + aéroport) ; accueil de l'expo universelle en 2010 (73 millions de visiteurs) ; extension du métro (2e + long réseau après Londres)

 

            2- Isabelle ATTANE: La place des femmes

-population de 1, 4 milliard d'habitants, mais femmes minoritaires (650 millions) contrairement à presque tous les pays du monde

-1e véritable politique de limitation des naissances avec Deng ; mais assouplissement à partir de 1984 (2 enfants pour les ruraux)

-effet pervers de cette politique: manque 25 à 40 millions de filles aujourd'hui ; avortements sélectifs, abandon de filles, infanticides et mort par absence de soins ; garçons privilégiés (transmission de la lignée familiale, soutien des parents à la vieillesse)

-surmasculinité adulte d'où difficulté à trouver des femmes pour se marier ; achat d'épouses

-mais femmes restent en situation de domination masculine (société très patriarcale) ; 600 suicides de femmes par jour (+ que les hommes)

-inégalités hommes femmes : progrès dans l'éducation féminine mais pas encore égalité ; baisse de l'emploi féminin depuis 20 ans ; métiers peu qualifiés, mal payés, pénibles

 

            3- Isabelle ATTANE: Les musulmans du Xinjiang

-55 minorités reconnues en Chine: 110 millions de personnes (soit 8 % de la population)

-distinction entre les "cuits" (acculturés et soumis à l'ethnie majoritaire: les Hans) et les "crus" (indépendants ayant gardé leur culture)

-parmi les "crus":

            12 millions de musulmans du Xinjiang (ouest de la Chine, proches de la culture d'Asie centrale)

            décalage à l'époque communiste entre le discours (acceptation des minorités) et la pratique (sinisation forcée par le peuplement Han)

            tolérance actuelle pour des raisons stratégiques: maintien de leur identité culturelle pour éviter les revendications indépendantistes, proximité géographique avec les Etats pétroliers

            répression en même temps: interdictions de livres, fermeture d'écoles coraniques, arrestation d'imams, etc

 

3/ Marie-Claire BERGERE: Capitalisme chinois : l'Etat derrière le marché

 

Expression "économie socialiste de marché" utilisée par Deng dès 1978 ; combinaison du capitalisme économique et du socialisme politique

 

            1- Les entreprises privées

-36 millions de micro-entreprises familiales, 9 millions d'entreprises privées, nombreuses entreprises hybrides (théoriquement publiques, mais autonomie de gestion et bénéfices récupérés par des privés)

-mais relance des entreprises publiques depuis la crise de 2008

-croissance annuelle de 10% tirée par le secteur industriel, les exportations et les investissements étrangers (1e destinataire mondial des IDE)

-hausse forte du niveau de vie : 400 millions de Chinois sortis de la pauvreté absolue depuis 1978

 

            2- La "sortie à l'extérieur"

-Hausse forte et récente des investissements chinois à l'extérieur : dans les PED (Afrique, ASEAN, Amérique latine) et dans les pays développés (Europe, EU, Australie)

-Multiplication des Instituts Confucius dans le monde: accord avec des universités, apprentissage de la langue et de la civilisation chinoises

-Limites:

            inquiétude des partenaires commerciaux: déséquilibre des échanges, pratiques déloyales (dumping, monnaie sous-évaluée, non-respect des normes...)

            fortes importations de produits énergétiques et de matières premières

            irrespect et destruction de l'environnement

 

            3- "L'aristocratie rouge"

-Dirigeants d'entreprises d'Etat ont également des postes politiques importants :

            enrichissement grâce à des monopoles économiques (compagnies pétrolières, téléphonie mobile...)

            pas d'assouplissement politique à attendre

-Bilan :

            croissance toujours déséquilibrée géographiquement : intérieur en retard sur les régions littorales (même si rattrapage lancé récemment)

            création d'un sous-prolétariat : ruraux ayant migré illégalement vers les villes donc toujours marginalisés

            hausse du chômage depuis 2008

 

            4- Environnement : "des incidents de masse"

-pollution massive de l'eau, de l'air, des sols : manifestations de mécontentement populaire

-fermeture d'usines lors des grands événements internationaux pour masquer la pollution aux étrangers

 

            5- Un million de millionnaires

-constitution d'une élite richissime, très consommatrice de produits de luxe

-révolution de la consommation: dépenses importantes pour le logement, pour l'éducation de l'enfant, engouement pour les loisirs, le tourisme

-frénésie de consommation s'explique par les trois décennies de privation sous le maoïsme

-Mais "classes moyennes" restent minoritaires : 100 à 200 millions de personnes

Cité scolaire D'Arsonval - Place du 15 Août 1944 - Brive-la-Gaillarde - 05 55 18 66 00 | Plan du site | Mentions légales